🛑 Kawtef ! Des Nigériens arrêtés à Kédougou et Moussala avec une peau de léopard

0
252

La lutte contre la criminalitĂ© faunique s’intensifie davantage dans le SĂ©nĂ©gal oriental face Ă  l’intensitĂ© du trafic dans la zone. Après l’arrestation et la condamnation très rĂ©cente Ă  Tambacounda du quatuor braconnier de Diana, deux prĂ©sumĂ©s trafiquants de faune concomitamment Ă  KĂ©dougou et Ă  Moussala ont Ă©tĂ© interpellĂ©s. Ils sont tombĂ©s suite Ă  une opĂ©ration mixte menĂ©e par la Direction des Parcs Nationaux et les Ă©lĂ©ments de la Brigade de Recherche du Commissariat central de Police de KĂ©dougou avec l’appui du Projet Eagle-SĂ©nĂ©gal. 

Le premier prĂ©sumĂ© trafiquant a Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© sur place Ă  KĂ©dougou en flagrant dĂ©lit de dĂ©tention, circulation et tentative de commercialisation d’une peau de lĂ©opard, une espèce intĂ©gralement protĂ©gĂ©e par la loi n°86-04 du 24 janvier 1986 portant Code de la Chasse et de la protection de la faune au SĂ©nĂ©gal, inscrit Ă  l’annexe 1 de la CITES la plus restrictive en matière de commercialisation de cette espèce de grand fĂ©lin.  Le Commissariat de Police de KĂ©dougou a ensuite procĂ©dĂ© Ă  la frontière de Moussala, Ă  l’arrestation d’un co-auteur de ce crime, lui aussi NigĂ©rien. Les deux prĂ©sumĂ©s trafiquants ont Ă©tĂ© dĂ©fĂ©rĂ©s au Tribunal de Grande Instance de KĂ©dougou.

D’après Eagle-SĂ©nĂ©gal, après une nouvelle annĂ©e de lutte contre le trafic de faune au SĂ©nĂ©gal, la zone Sud -Est du pays fait face depuis plusieurs annĂ©es Ă  un important trafic d’animaux sauvages en lien avec les trafics d’armes de guerre, de chasse, de munitions et de drogue. La proximitĂ© des frontières du Mali et des deux GuinĂ©es n’est pas anodine dans ce constat puisque d’après les rĂ©sultats d’opĂ©rations de trafic de faune entre 2020 et 2022, il est constatĂ© que des AK47 et munitions sont de plus en plus saisis et proviendraient du Mali et des deux GuinĂ©es. Il a Ă©tĂ© notĂ© Ă©galement que des bandes organisĂ©es en provenance du Mali feraient des incursions au SĂ©nĂ©gal pour braconner rapidement et massivement la faune sauvage afin de se procurer de la ” protĂ©ine de viande ” en grande quantitĂ© sans ĂŞtre inquiĂ©tĂ©es, grâce Ă  la complicitĂ© de villageois sĂ©nĂ©galais.  

Le projet Eagle-SĂ©nĂ©gal constate aussi que les liens entre le trafic de faune, les autres trafics et les activitĂ©s terroristes sont un phĂ©nomène continental dĂ©jĂ  bien reconnu. Eagle-Senegal note toutefois que ces 2 dernières annĂ©es dans le Sud- SĂ©nĂ©gal, le trafic d’armes de guerre, de calibre 12 et d’armes de poing ainsi que l’appartenance de certains trafiquants de faunes Ă  des degrĂ©s diffĂ©rents Ă  de possibles cellules prĂ©sumĂ©es terroristes ou bandes armĂ©es rebelles s’impose de plus en plus par petites touches constantes dans les rĂ©sultats d’investigations et d’arrestations de trafiquants de faune. Par ailleurs, s’il devient de plus en plus inquiĂ©tant de constater que le trafic de faune  conduit Ă  un dĂ©clin progressif et inĂ©luctable des derniers lions et lĂ©opards d’Afrique de l’Ouest, il est indispensable que nos tribunaux, lorsqu’ils traitent de trafic de faune avec des saisies d’AK47 et de stocks de munitions, apportent une riposte pĂ©nale Ă  la hauteur des enjeux sĂ©curitaires et environnementaux en arrĂŞtant les condamnations avec du sursis pour tous les trafiquants de faune ayant Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s ou dĂ©jĂ  condamnĂ©s avec des AK47 et munitions sur eux. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici